COMMENT SE DÉBARRASSER DES VIEILLES RANCŒURS

se débarasser de vielle rancoeur

Les vieilles rancœurs accumulées dont on ne se débarrasse pas nous font mal. Si nous ne nous libérons pas d’elles, nous ferons inexorablement l’une des deux choses suivantes /soit nous les retournerons contre nous, ruinant ainsi notre propre estime et tombant en dépression, ou nous les ferons supporter aux autres, sans distinction, et en particulier à ceux que nous aimons. Nous nous faisons du mal ou blessons quelqu’un que nous affectionnons ; ce n’est pas un très bon choix ! Mais il existe une troisième voie, et bien meilleure : se débarrasser de ces vieilles rancœurs et se préparer à une nouvelle vie. Comme pour tout changement, se libérer de sa vieille animosité exige du travail et le courage de se regarder en face ouvertement et honnêtement. Pour bon nombre d’entre nous, il est tentant de se raccrocher à notre bon vieux ressentiment, et de l’utiliser comme une sorte de justification de ce que nous ressentons. Mais, pour si justifiés que soient nos ressentiments, pour si douloureuses que soient nos vieilles blessures, cet attachement tenace nous conduit à l’échec. Il nous lie à un passé désagréable, déforme notre présent et interfère avec lui, empêche que notre avenir ne soit meilleur et plus gratifiant. Pour se délivrer des vieilles rancœurs, il faut procéder par étapes. Elles sont au nombre de cinq :

  1. Reconnaître. La première étape consiste à reconnaître. Fréquemment, ce qui nous est le plus difficile, c’est de faire la distinction entre un vieux ressentiment mal digéré et une rancœur nouvelle et juste. La différence consiste en ceci : lorsque le ressentiment est récent, il semble relativement proportionné à la cause, alors que la vieille rancœur paraît exagérée, plus importante en quelque sorte que le « crime » commis. Une rancœur nouvelle peut s’expliquer par ce qui vient juste de vous arriver et semble justifiée. Par contre, une rancœur ancienne ne peut pas être comprise à partir de ce qui vient de la réveiller : l’intensité et la profondeur de votre réaction semblent excessives.
  2. Dépasser le ressentiment. La deuxième étape consiste à comprendre que le ressentiment est un moyen de protection utilisé pour camoufler le fait que nous sommes blessés. Nous ne sommes pas simplement en colère, nous avons mal. Et le ressentiment ancien est la marque des blessures les plus profondes, celles qui continuent à nous tourmenter. La raison qui explique que le ressentiment nous protège est que, pour aussi désagréable qu’il soit, il fait moins de ravages que la souffrance née de la blessure. Pourtant, pour dépasser les vieilles rancœurs, il faut accepter de regarder en face les blessures anciennes. Cela exige que nous sachions comment nous avons été blessé, qui nous a blessé et avec quelle intensité.
  3. Exprimer la douleur. Une fois que vous avez identifié la source de votre peine, il vous faut alors l’exprimer. Laissez-la sortir, formulez-la en paroles, pleurez, criez ou écrivez. Souvent, lorsqu’il s’agit d’une vieille rancœur, les personnes qui nous ont blessés ne sont plus là ou, même si nous les voyons encore, ne pourraient pas comprendre ce que nous ressentons et agir en conséquence. Il n’est pas nécessaire, de toute façon, que nous nous trouvions face à elles. Mais les sentiments, eux, doivent être traduits en mots et étalés au grand jour.
  4. Pardonner. Pour se libérer d’une vieille blessure, et donc d’une douleur passée, il faut finalement pardonner. Souvenez-vous cependant : le pardon est pour vous. C’est votre laissez-passer pour vous libérer d’une peine ancienne ; il n’est pas destiné à soulager la personne qui en est responsable. Pardonner ne signifie pas nécessairement excuser les personnes qui vous ont blessé ; cela n’implique pas que leur acte se justifiait. Mais c’est le procédé qui rompt l’anneau de la chaîne vous liant à ces vieux sentiments nuisibles et qui vous permet de guérir. Vous pourriez vous dire : « Je ne pourrai jamais lui pardonner », mais n’oubliez pas que l’envers de cette déclaration s’entend ainsi : « Je serai toujours blessé. » Essayez de dire quelque chose comme : « Tu m’as fait terriblement mal, mais je te pardonne et je me libère de ma peine. »
  5. Vigilance. Pour se débarrasser d’un vieux ressentiment, il faut du temps. La rancœur a tendance à revenir occasionnellement, parfois longtemps après que nous pensons nous en être libéré. Quand cela se produit, comprenez ce qui se passe et reconnaissez- le, parlez-en à la personne avec laquelle vous êtes, de façon claire et franche. Ensuite redites-vous à vous-même que vous avez dépassé cette rancœur. Franchir ces cinq étapes peut procurer des résultats gratifiants. Chaque fois que nous nous libérons d’une émotion négative, nous faisons de la place à des attitudes et des sentiments nouveaux et plus positifs. Le ressentiment, le mépris secret, la rancœur nous affaiblissent toujours, même si ces réactions ont pu, à un moment donné, se justifier.